Programme

Liens rapides vers les programmes du 1er juin2 juin3 juin

Séance plénière pré-conférence

Cette séance plénière préenregistrée sera disponible sur la plateforme avant le début de la conference

Développement durable et recherche : Quel est le rôle de la recherche?
Les deux défis les plus pressants du XXIe siècle sont le changement climatique et le développement mondial. On constate les impacts bien réels et à long terme du changement climatique sur l’environnement, la société et l’économie dans le monde entier, et ceux-ci sont plus grands encore dans les pays en développement.

Grâce à la collaboration internationale en matière de développement et d’utilisation des infrastructures de recherche, il est possible de mener des activités de recherche scientifique et de développement technologique essentielles pour relever les défis mondiaux et assurer la durabilité sur les plans environnemental et social. Ce panel comportera une table ronde sur les moyens à mettre en œuvre pour veiller à ce que les investissements publics dans l’infrastructure de recherche se traduisent par des avancées scientifiques et technologiques au profit de la communauté mondiale.

On y abordera notamment les questions suivantes : quels types de structures organisationnelles, financières, sociales et culturelles faut-il mettre en place pour appuyer la recherche de solutions aux défis mondiaux? En tant que société planétaire, comment peut-on mettre en place de telles structures qui soient à la fois inclusives, équitables, abordables et efficaces? Quels risques y sont associés, et quelles en sont les éventuelles retombées?

Modératrice
Annette Verschuren, Présidente et directrice-générale de NStor Inc.

Panélistes
Ashok Khosla, Président du Centre de développement d’alternatives
Mona Nemer, Conseillère scientifique en chef du Canada
Janez Potočnik, Co-président du Panel international de ressources (IRP), associé chez SYSTEMIQ, ancien Commissaire européen chargé de la science et de la recherche et Commissaire européen à l’environnement

Mardi 1er juin
Note: tous les horaires reposent sur l’heure avancée de l’Est (Ottawa, Canada).

de 8 h à 9 h –
SÉANCE PLÉNIÈRE 1

Le rôle de la recherche et des infrastructures de recherche : une transition vers un monde durable
Bien que la COVID-19 ait fait la une des journaux et mobilisé les efforts scientifiques mondiaux, les problèmes endémiques posés par le changement climatique et la dégradation de l’environnement ne sont toujours pas résolus. En raison de leur nature, ces défis planétaires requièrent des réponses concertées et coordonnées.

Ce panel multidisciplinaire abordera l’apport de l’infrastructure de recherche en faveur d’un avenir plus durable. Il examinera les aspects économiques, environnementaux et sociaux de la durabilité (y compris la santé et le bien-être) ainsi que le rôle que jouent la recherche et les infrastructures de recherche dans la réponse aux défis mondiaux.

Modératrice
Edith Cannon, Rectrice émérite de l’Université de Calgary

Panélistes
Elizabeth Heard, Directrice générale du Laboratoire européen de biologie moléculaire
Jan Hrušák, Président du Forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche
Youba Sokona, Vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et ancien secrétaire exécutif de l’Observatoire du Sahara et du Sahel

de 9 h à 9 h 15

PAUSE

de 9 h 15 à 10 h 45 –
SÉANCES PARALLÈLES 1

A1 – Les politiques et pratiques internationales de gestion des données
Cette séance examinera la manière dont les infrastructures de recherche sont touchées par l’évolution du paysage de la gestion des données. Les infrastructures de recherche produisent une quantité de données toujours plus grande. Bien que ce phénomène constitue en soi un défi de gestion important, la tâche se révèle encore plus complexe à l’échelle internationale. En effet, les partenaires peuvent suivre des politiques différentes en matière de données (politiques de libre accès, politiques de protection des renseignements personnels, droits de propriété et autres) sans compter qu’il est impératif de conclure une entente pour conserver les données de manière durable. En situations d’urgence, les infrastructures de recherche doivent aussi être en mesure de vaincre les obstacles potentiels au partage des données afin de favoriser une utilisation en faveur du bien commun. On analysera également la manière dont ce processus s’est déroulé pendant la crise de la COVID-19 afin de déterminer dans quelle mesure certaines pratiques utiles pourraient être maintenues.

B1 – L’importance d’une gouvernance efficace des infrastructures de recherche mondiales
Cette séance analysera deux études de cas portant sur des infrastructures de recherche internationales en service depuis longtemps, et une autre, sur une infrastructure aux premières étapes de sa mise en œuvre. L’accent sera mis sur les défis à relever et l’importance d’instaurer une gouvernance efficace s’agissant d’infrastructures de recherche internationales. Les études de cas examineront divers types d’infrastructures de recherche internationales (centralisée, décentralisée, multifonctionnelle, multiservice), des modèles de gouvernance et leurs fondements, les formes juridiques et les défis actuels auxquelles se heurtent ces installations.

C1 – Élargir la perception des retombées des infrastructures de recherche
Cette séance comprendra une table ronde réunissant trois ou quatre intervenants de premier plan qui aborderont des enjeux tels que :

  • Les retombées socioéconomiques et les avantages sociétaux plus vastes des infrastructures de recherche
  • Le rôle de la perception sociétale des infrastructures de recherche dans divers pays et sociétés
  • La manière de communiquer les retombées des infrastructures de recherche aux citoyens
  • Les retombées mondiales et régionales et l’incidence des infrastructures de recherche sur les écosystèmes de recherche et d’innovation locaux
  • La manière dont les infrastructures de recherche répondent aux défis mondiaux, notamment aux objectifs de développement durable.

D1 – Optimiser le partage des données dans le cadre de collaborations entre le milieu universitaire et le secteur public
Cette séance traitera de la manière dont l’infrastructure de données et les politiques associées mises en place par les établissements de recherche favorisent ou entravent la collaboration. Il sera notamment question de l’ouverture et de l’accessibilité des données, des logiciels ouverts, de l’intégrité des données et de diverses politiques susceptibles de restreindre la collaboration. Cette séance répondra notamment à ces questions :

  • Quels sont les besoins des chercheurs et des chercheuses du milieu universitaire et ceux du secteur public en matière de partage et de sécurité des données? Quelles sont les divergences entre ces deux groupes et par quel moyen peut-on les soutenir? Comment concilier la science ouverte et la sécurité?
  • Quelle incidence les questions relatives à la propriété intellectuelle ont-elles sur le partage et l’ouverture des données?

de 10 h 45 à 11 h

PAUSE

de 11 h à 12 h 30 –
SÉANCES PARALLÈLES 2

A2 – Le financement des infrastructures de recherche internationales
Cette séance se penchera sur la diversité des partenaires concernés par les nouvelles infrastructures de recherche internationales, alors que l’augmentation des coûts est susceptible de remettre en cause la faisabilité et la durabilité de ces installations. En effet, il faut souvent élaborer des mécanismes d’urgence, déterminer la juste valeur de la contribution de chaque partenaire, gérer convenablement les contributions en nature et mettre en place dès le départ des modèles de gestion pour assurer une viabilité à long terme. On abordera également la mobilisation des ressources par les infrastructures de recherche en situation d’urgence.

B2 – Le contexte théorique : la structure organisationnelle et les options juridiques des infrastructures de recherche mondiales
Cette séance comprendra trois présentations distinctes menées par différentes infrastructures de recherche internationales portant sur les thèmes suivants :

  • La forme juridique
  • La responsabilité des partenaires
  • La responsabilité de surveillance des infrastructures de recherche internationales

C2 – Le rôle de l’évaluation de l’impact sociétal dans l’élaboration de politiques
Cette séance examinera en détail le rôle de l’évaluation des impacts socioéconomiques et sociétaux dans l’élaboration des politiques relatives aux infrastructures de recherche et l’élargissement de ce rôle à d’autres domaines politiques (santé, bien-être sociétal, éducation, culture, et autres.)

de 11 h 30 à 13 h
Veuillez noter que l’heure de démarrage est différente

 

D2 – Miser sur la collaboration pour résoudre les crises éventuelles 
Cette séance permettra de déterminer la manière dont les collaborations de recherche sont en mesure de répondre aux défis et aux crises à venir. Les principaux points de discussion sont les suivants :

  • Anticiper les crises à venir et se préparer à affronter celles qui sont imprévisibles
  • Répondre à la fois aux situations de crise aiguë et aux défis à long terme
  • Relever les défis liés aux concours et se tourner vers d’autres modèles de financement pour résoudre des problèmes mondiaux
  • Créer des organisations résilientes pour favoriser la collaboration (par exemple, grâce à des outils en ligne)

Mercredi 2 juin
Note: tous les horaires reposent sur l’heure avancée de l’Est (Ottawa, Canada).

de 8 h à 9 h 30 –
SÉANCES PARALLÈLES 3

A3 – Répondre aux attentes des parties prenantes en matière d’infrastructures de recherche internationales
De plus en plus, on attend des infrastructures de recherche qu’elles génèrent des retombées socioéconomiques allant au-delà des connaissances scientifiques. À l’échelle internationale, celles-ci sont souvent escomptées non seulement pour chaque partenaire, mais aussi pour le bien général de la société, comme défini par les objectifs de développement durable, ou notamment en situation de crise. L’évaluation des impacts des infrastructures de recherche internationales, qui sont souvent décentralisées, est complexe, et il est possible que les divers partenaires nourrissent des attentes différentes. Cette séance examinera la manière dont les infrastructures internationales peuvent harmoniser leurs principaux objectifs scientifiques avec ces attentes additionnelles et produire une valeur ajoutée qui dépasse les seules connaissances scientifiques.

B3 – World café : créer et mettre en œuvre un modèle efficace

Dans un style « world café », les participants réunis par « tables » se poseront les questions décrites sous chaque enjeu suivant :

1. Créer le bon modèle :

  • Quels buts et objectifs vos infrastructures de recherche mondiales respectives tentent-elles d’atteindre par le biais de la bonne gouvernance?
  • Quelles sont les ressources financières et humaines dont disposent vos infrastructures de recherche mondiales et de quoi d’autre avez-vous besoin ou que leur manque-t-il?
  • Quelles décisions essentielles les personnes qui mettent sur pied une collaboration doivent-elles prendre lorsqu’elles doivent choisir un modèle de gouvernance?

2. Mettre ce modèle en œuvre :

  • Quelles sont les entités les plus aptes à diriger la mise en œuvre d’une nouvelle approche de gouvernance ou d’une approche améliorée?
  • Comment une infrastructure de recherche développe-t-elle de bonnes procédures et mécanismes de documentation qui soient adaptés?
  • Comment les développeurs ou les dirigeants des infrastructures de recherche peuvent-ils rendre publics les modèles de gouvernance, surmonter un passé difficile s’il y a lieu, et former des employés et des parties prenantes externes à l’utilisation de tout nouveau système?

3. Recommandations et bonnes pratiques pour que les infrastructures de recherche existantes puissent réagir en cas de crise :

  • Quel est le rôle de la gouvernance des infrastructures de recherche mondiales dans la réponse apportée face aux crises?
  • Quelle serait la bonne réaction de la gouvernance d’une infrastructure de recherche face à une crise?
  • Quel est le rôle des infrastructures de recherche mondiales dans la prévention et la résolution des crises?

La capacité maximale de ce « world café » est de 72 participantes et participants. Les personnes inscrites au thème B recevront une invitation à participer à cette session, et les personnes confirmées pour y participer recevront un lien par courriel leur permettant de rejoindre la session.

C3 – Les particularités de l’impact territorial
Cette séance examinera en détail les particularités de l’impact territorial des infrastructures de recherche, tant à l’échelle locale que mondiale. Cette séance interactive accueillera des panélistes et proposera des séances en petits groupes. Les modérateurs de la table ronde virtuelle prépareront un résumé et rendront compte des résultats à la fin de la séance.

de 7 h à 8 h 30
Veuillez noter que l’heure de démarrage est différente

D3 – Tirer des leçons de la COVID-19 vis-à-vis des collaborations entre le milieu universitaire et le secteur public
Ce panel abordera les occasions et les défis qui se sont présentés en matière de collaborations multisectorielles (nouvelles et en cours) dans le contexte de la COVID-19. On y discutera également de l’incidence à long terme de la pandémie sur les collaborations et les priorités de recherche. Enfin, ce panel examinera la manière de concevoir des installations qui sont souples et en mesure de répondre à l’évolution des mandats au fil du temps.

de 9 h 30 à 9 h 45 

PAUSE

de 9 h 45 à 11 h 15 –
SÉANCES PARALLÈLES 4

A4 – Vers de nouveaux partenariats entre les infrastructures de recherche internationales
Les nouvelles infrastructures de recherche internationales réunissent une diversité croissante de partenaires issus des secteurs publics et privés (entreprises, organismes non gouvernementaux, fondations) et de divers pays, chacun ayant des attentes particulières. Si ces projets représentent une formidable occasion de tisser des liens avec de nouvelles parties prenantes, les modèles de gouvernance et les processus de travail doivent néanmoins tenir compte des contraintes liées à la diversité culturelle, d’une expertise et d’un savoir-faire scientifiques variés de même que de la contribution potentielle de chaque partenaire. Cette séance examinera les divers modèles de partenariat possibles, y compris les collaborations ad hoc mises en œuvre en situations de crise.

C4 – Le rôle de la collaboration transdisciplinaire pour relever les défis mondiaux
La quatrième séance portera sur le rôle de la collaboration transdisciplinaire entre les infrastructures de recherche en vue de relever les défis mondiaux. Elle abordera diverses questions relatives à la collaboration internationale.

D4 – Attirer les talents et tisser des liens pour favoriser de nouvelles collaborations
Ce panel abordera la manière dont les infrastructures de recherche peuvent contribuer à attirer de nouveaux talents. On y examinera les enjeux potentiels liés à la chaîne de recrutement des talents et les obstacles existants qui entravent la collaboration. On présentera également des activités, des outils et des cadres auxquels les organismes peuvent avoir recours pour attirer les talents et, ainsi, favoriser la diversification de la main-d’œuvre.

de 10 h 30 à 11 h 30
Veuillez noter que l’heure de démarrage est différente

B4 – Réunion interactive au sujet des principaux points à retenir des sessions B1, B2 et B3
Les responsables des sessions B1, B2 et B3 présenteront les principaux points à retenir des sessions B1, B2 et B3.

Jeudi 3 juin
Note: tous les horaires reposent sur l’heure avancée de l’Est (Ottawa, Canada).

de 8 h à 9 h –
SÉANCE PLÉNIÈRE 2

Mobiliser les infrastructures de recherche mondiales pour répondre aux urgences : intégrer résilience et souplesse à la planification, au financement et à l’exploitation des infrastructures de recherche
Au-delà de ses répercussions sur la santé publique, la pandémie de la COVID-19 restera gravée dans les mémoires comme l’une des plus belles illustrations de collaboration scientifique mondiale à ce jour.

Aux quatre coins du monde, des chercheurs et des établissements de recherche se sont mobilisés pour trouver des traitements et des remèdes. Ce degré de collaboration souligne à quel point les infrastructures de recherche peuvent se révéler résilientes et souples, à même de réorienter leurs activités pour faire face aux situations urgentes.

Ce panel étudiera les moyens de concevoir, de financer et d’exploiter les infrastructures de recherche afin que celles-ci soient en mesure de faire preuve de la résilience et de la souplesse nécessaires dans ces situations.

Modératrice
Joy Johnson, Présidente et vice-chancelière de l’Université Simon-Fraser

Panélistes
Xavier Barcons, Directeur général de l’Observatoire Européen Austral
Werner Kutsch, Directeur général du Système Intégré d’Observation du Carbone
Beryl Morris, Directrice du Réseau de recherche sur les écosystèmes terrestres
Anna Panagopoulou, Directrice de l’Espace européen de la recherche et Innovation

de 9 h à 9 h 15

PAUSE

de 9 h 15 à 10 h 45

Rapports de synthèse des sessions parallèles

de 10 h 45 à 11 h

PAUSE

de 11 h à midi –
SÉANCE PLÉNIÈRE 3

Occasions et possibilités de collaboration mondiale
En raison de la complexité, de la taille et des coûts d’exploitation des infrastructures de recherche, la capacité d’un pays ou d’une autorité publique à financer, à construire et à exploiter ces nouvelles infrastructures est compromise. Qui plus est, cette situation survient alors que la communauté mondiale est confrontée à des défis qui requièrent de nouvelles infrastructures de recherche pour répondre aux enjeux en matière de changement climatique et de développement durable.

Comme l’a démontré la pandémie de la COVID-19, les grandes avancées scientifiques et technologiques de l’avenir sont appelées à naître de collaborations internationales — pour lesquelles l’accès aux infrastructures de recherche est essentiel.

Ce panel examinera ces questions en mettant l’accent sur les occasions de collaboration multilatérale en matière de financement, de conception et d’exploitation des infrastructures de recherche, ainsi que sur la possibilité que celles-ci soient mises au service de la science, des collectivités et des économies mondiales en vue d’un avenir plus durable.

Modératrice
Roseann O’Reilly Runte, Présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation

Panélistes
Simon Kennedy, sous-ministre du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada
Jean-Eric Paquet, Directeur général Recherche et innovation de la Commission européenne

de midi à 12 h 30

CONCLUSION